Rechercher
  • Céline Chabert

Kinésiologie et maternité : objectif sérénité !


La venue d’un enfant est généralement perçue comme une phase épanouissante et heureuse mais qu’en est-il lorsque des imprévus ponctuent ce parcours idyllique ?

Pas de discours culpabilisateur ici, juste l’envie de rappeler que « quoiqu’il arrive, rien n’est figé » !


Tour d’horizon des potentielles difficultés à lever

Le projet d’enfant donne l’impulsion du « devenir parent »


Il se peut que le projet mette du temps à se concrétiser… et que les premières inquiétudes commencent à pointer le bout de leur nez !

Entre le désir d’enfant et la conception, il est communément admis qu’un peu plus de 80% des couples fertiles réussiront à créer la vie dans l’année suivant les premiers essais. Cette période d’attente, si elle peut s’avérer excitante, peut également être source d’angoisse lorsque l’essai tarde à se transformer. Il est donc conseillé de consulter un spécialiste après 12 mois de tentatives infructueuses (au-delà de 35 ans, le délai est ramené à 6 mois).


Tous les voyants médicaux sont au vert mais rien ne se passe ?

On vous le rabâche à longueur de journée : « n’y pense pas », « déstresse », « prends la vie cool »… Ces injonctions à ne pas s’inquiéter ont bien souvent l’effet inverse et entrainent irritation, culpabilité, colère ou tout autre sentiment à caractère négatif.

Pour éviter d’entrer dans une spirale infernale et pour donner toutes les chances à votre projet d’aboutir, les techniques complémentaires (comme la kinésiologie) qui sont basées sur une approche globale où l'être est considéré dans son "entièreté" sont des alliées de choix.


A l’inverse, il se peut que bébé n’ait pas prévenu de son arrivée…

Chaque histoire est unique et chaque évènement a un impact différent sur l’échelle émotionnelle personnelle. L’arrivée impromptue d’un enfant peut également être déroutante et le besoin de soutien se faire sentir. Se faire aider dès les premiers troubles est un bon réflexe !

La grossesse, temps suspendu où l’on se prépare à être père ou mère…

Pendant la grossesse, l’entourage s’active pour préparer l’arrivée de bébé et est attentif au bien-être de la mère. Une alimentation équilibrée et un mode de vie sain sont régulièrement mis en avant par les professionnels, et le cheminement de ces principes fondamentaux progresse honorablement dans nos sociétés. Mais que se passe-t-il lorsque le monde émotionnel de la mère est négligé, sachant que celui-ci peut affecter le développement du fœtus ?

D’après le Dr Vivette Glover, spécialiste britannique en psychologie périnatale, les répercussions émotionnelles et hormonales peuvent traverser le filtre du placenta et affecter le fœtus, avec un pic au 4ème mois. Ses études ont montré qu’un "haut stress maternel" peut contribuer à l’altération du développement cognitif (risque de TDAH –Trouble Déficitaire de l’Attention avec Hyperactivité – 2 fois plus élevé).

Des évènements passés comme fausse-couches, avortements, etc. peuvent avoir un impact au temps présent sur l’échelle émotionnelle de la mère. De même, les examens de santé « routiniers » de la grossesse peuvent être source d’angoisse. Il est nécessaire de s’occuper du bien-être maternel en pratiquant des activités comme le yoga, les massages, la méditation ou toute autre occupation apaisante qui offrira également des bénéfices au fœtus. Le moment de la naissance arrivera en toute sérénité…

Un accouchement unique pour un être unique

Nombreux sont les témoignages dans les forums et autres blogs du net abordant le thème de la peur de l’accouchement. La situation n’est donc pas rare… Césarienne, prématuré, épisiotomie, péridurale… sont tout autant éprouvants pour la mère et l’enfant.

Ces épisodes sont parfois sources de stress et, là encore, le besoin d’évacuer les tensions peut se faire ressentir.

Mais donner la vie reste un moment exceptionnel, c’est l’instant où se produit la «co-naissance » des parents avec l’enfant et l’évènement est chargé d’émotions !

Découverte d’un « naitre humain »

Bébé est là et c’est toute l’organisation familiale qui est bouleversée : repas, sommeil, bain…, le quotidien est rythmé par l’enfant et il n’est pas rare d’entendre de nouveaux parents parler de « faire les 3-8 ». La chute hormonale consécutive à l’accouchement, les nuits hachées, les repas parfois fractionnés (ou froids !) ou les pleurs du nouveau-né n’aident pas forcément à retrouver la forme ; tout comme l’allaitement et la présence d’un ou plusieurs ainés à s’occuper… Rappelons ici les bienfaits de la micro-sieste couplée à une alimentation « pleine forme ». Et si l’épuisement guette, hop hop hop, je me fais aider !


La kinésiologie, une alliée de taille pour libérer les tensions !


La kinésiologie appliquée s’appuie sur un postulat de base exprimé par le Dr John Diamond, psychiatre et kinésiologue, selon lequel « Le corps ne ment pas ». Tout ce dont nous faisons l’expérience s’inscrit automatiquement dans les mémoires de notre corps, et ce, dès la vie intra-utérine. C’est donc à travers notre corps, que vont pouvoir se lire les tensions et blocages ; et c’est aussi grâce à lui qu’il sera possible d’identifier les méthodes susceptibles d’établir un retour à l’équilibre sur les plans mental, émotionnel, physique et énergétique.

Cette technique utilise un test musculaire qui est l’outil de base du kinésiologue. Il s’agit d’une pression douce, exercée le plus souvent sur le bras, qui indique la présence ou l’absence d’un stress en lien avec la problématique. Il permet ainsi d’établir un dialogue direct avec les mémoires du corps et de lever les blocages pour accéder à l’intégralité de ses ressources.

De part son approche globale, tout problème peut être considéré, notamment dans le domaine de la maternité. La prise de médicaments étant plus compliquée lors des grossesses et des périodes d’allaitement, il est très intéressant de pouvoir faire appel à cet accompagnement au naturel …


Quel risque à oser une séance libératrice ? aucun… à part celui d’atteindre son objectif !



Où trouver un kinésiologue certifié ?

Une liste mise à jour chaque année est disponible sur le site du Syndicat National des Kinésiologues http://snkinesio.fr Cette liste rassemble les kinésiologues formés à une pratique juste, et certifiés, dans le respect du code de déontologie de la profession.


Article paru dans le magazine Naturelles #2 (2016)

© 2015 par Céline Chabert, kinésiologue certifiée par l'IFKA (Institut Français de Kinésiologie Appliquée) et adhérente au SNK (Syndicat National des Kinésiologues) sous le n° 2-10-15-380.

Céline Chabert, kinésiologue à Theys, massif de Belledonne, vallée du Grésivaudan, Dauphiné, Isère, Rhône-Alpes, France.
Céline Chabert, kinésiologue à Theys, massif de Belledonne, vallée du Grésivaudan, Dauphiné, Isère, Rhône-Alpes, France.
  • b-facebook
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now